Le débriefing du Trek Rose Trip et son analogie pour tous les chefs de projet


Le Trek Rose Trip : Quésaco ?

Dans la série des défis créés pour les aventurières plus souvent en talons hauts qu'en pataugas, voici une belle aventure :
  • 3 jours de marche dans le désert marocain
  • Des équipes de 3 femmes
  • Une orientation avec Road Book et boussole
Marcher 3 jours dans le désert, c'est somme toute à la portée de tout le monde. Le seul risque consiste à se faire quelques ampoules et de petites courbatures. Enfin quoi que... Qui marche 8 heures par jour, tous les jours finalement ?? Il semblerait que notre première fonction acquise dès le plus jeune âge, pour le plus grand bonheur de tous les parents, soit à la limite de la disparition à l'heure de la mobilité sans effort : j'en appelle à la voiture, à la trottinette, au vélo électrique, à la moto, etc... Donc en fait, SI, finalement, peut être que marcher va devenir LE DEFI du XXIème siècle.
En équipe de 3, la chose commence à se corser. Car bien sûr, nous allons très vite nous apercevoir que tout est affaire de communication. Et la communication, si c'était limpide, cela se saurait !
Et alors avec un Road Book papier, une boussole et sans téléphone... A l'époque du GPS, je peux vous dire qu'on frôle l'exploit !

Et c'est aussi un formidable terrain d'expérience pour réaliser des analogies tout à fait intéressantes pour la vie professionnelle : nous voulons parler de la gestion d'un projet et du travail en équipe.

Alors, est-ce un défi ? Des vacances ? Une colonie ? Un team building ?



Peut-être un peu tout à la fois, tout dépend des attentes des unes et des autres. Cela sera ce que vous en faites. Et là, nous touchons le premier élément pour qu'un projet se déroule bien.
  • Définir l'objectif
La première question que nous nous sommes posées était celle-ci : quel objectif chacune d'entre nous poursuit-elle en s'inscrivant à ce trek ? Pour l'une c'était de vivre ce trek en équipe, pour l'autre c'était de se dépasser physiquement sans ralentir le groupe et pour la 3ème c'était d'arriver à garder le cap. Cela n'a l'air de rien, mais le simple fait de formuler notre objectif devant nos co-équipières nous a permis de mieux nous connaître. Et puis nous étions aussi d'accord sur notre objectif commun :

"Il est absolument HORS de question de finir dernières !"

Une fois ce point clairement posé, et comme tout lancement de projet, 80% de la réussite tient dans la préparation.
  • Se préparer
Plus vous êtes préparé, plus c'est facile, plus vous en profitez, et plus vous êtes concentré sur votre objectif que vous ne perdez pas de vue. 
Se préparer, c'est apprendre à se connaître avant de passer 3 jours H 24 ensemble dans le désert et sous une tente.
Se préparer, c'est savoir, avant de se lancer, quel serait le pire cauchemar des autres, savoir ce dont elles ont besoin pour bien vivre cette expérience. Bref, cela ressemble fort à l'entretien de découverte qu'un manager fait avec une nouvelle personne arrivée dans son équipe projet.
Se préparer, c'est aussi enfiler les kilomètres. Le corps est bien fait et il a une mémoire ! Si vous avez pris l'habitude de marcher 20 km, en marcher 5 de plus ne pose pas de problème. L'avantage c'est qu'ainsi nous arrivons fraîches comme des roses le soir au campement, et qu'au lieu d'attendre une place chez le podologue, nous filons à l'apéro ! Comme dans un projet, ce qui nous motive sont aussi les temps de célébrations. Et il faut le dire, pour ce qui est de célébrer, nous avons été exemplaires !
  • S'orienter
Postulat de base pour réaliser ce trek : sans nos repères habituels, à l'aide d'outils que nous n'utilisons pas au quotidien, notre défi est de s'orienter toute la journée afin d'être au plus prêt de la navigation au cap, car l'équipe gagnante est celle qui aura marché le moins de kilomètres.
Comme tout est beau, l'émerveillement prime, et nous risquons à tout moment de perdre notre cap. Tout comme le porteur de projet, nous avons un oeil au loin sur le cap final et un autre rivé sur nos boussoles pour orienter nos pas vers la première étape : la balise. De pas en pas, de balise en balise, nous réajustons notre direction. Quand, après 2,5 km de ligne droite, en plein désert, vous tombez "pile poil" sur la balise, quelle joie ! Joie partagée, relativement enfantine il faut le dire. We did it !!



C'est ainsi que nous avançons, étape par étape... et que nous enfilons nos 25 km, pointant nos 12 balises et nos 2 check point. Nous avons réellement compris ce que signifie l'expression "le chemin se fait en marchant". Ne prendre que le cap final serait un bon moyen de se perdre en route, et n'avancer qu'en regardant ses pieds ou en ne visant que la prochaine balise ne permettrait pas la vision globale du parcours.
  • Communiquer
Après l'orientation, c'est sans doute le point le plus complexe. Dès le départ, il faut prendre le cap. Et là, les interprétations diffèrent :
- "Tu vois, on fait 3 km en pointant la 4ème montagne à gauche
- Ah oui, celle qui est juste derrière la touffe d'herbe
- Nooon, celle qui est plus grosse vers la droite
- Ah oui, celle qui a de l'ombre
- Pas du tout. Je t'explique autrement
- ....

Bref, là, nous pouvons déjà perdre 10 bonnes minutes rien qu'à essayer de se comprendre. Et rien ne dit qu'au final on imagine pointer la même direction, et, accessoirement, la bonne direction.
Est-ce que ce dialogue d'orientation vous rappelle certains dialogues de gestion de projet ? Parfois perdre du temps au démarrage pour être sûr de bien se dire la même chose est en fait un excellent moyen d'en gagner. Il est sûr que, pour y parvenir, il faut une bonne dose d'écoute, de patience et d'humilité.

Puis, dès que la confiance se créée au sein de l'équipe, les rôles s'installent avec le plus grand naturel entre chacune : celle qui gère la direction et veille à valider avec les autres, celle qui pense à faire boire tout le monde, qui s'occupe du bien-être de chacune en faisant en sorte de mettre des mots dès qu'elle sent que quelque chose cloche, celle qui veille à économiser le moindre mètre et garde son attention sur l'objectif final : ne pas arriver dernières :) !

Le Trek Rose Trip, c'est aussi un formidable moment de bulle. 3 jours coupées du quotidien, où toutes nos pensées et actions sont concentrées sur notre objectif et l'action de mettre un pied devant l'autre pour y arriver. Et là, c'est juste le bonheur ! Quoi de plus efficace, lorsque vous menez un projet, que de se dépolluer de ce qui parasite, pour aller à l'essentiel, l'objectif posé au départ.

Et enfin, à petits pas, la ligne d'arrivée approche. Pari gagné. Largement d'ailleurs, ce qui rajoute à notre fierté, il faut bien le dire. 




Alexia Dumonceau - https://www.chrysaleads.com
Violaine Bô



Posts les plus consultés de ce blog

Travailler en marchant. Absurde ?

Tu en as de la chance TOI !! Coup de gueule

VBH Conseil s'engage dans une aventure solidaire : le Trek Rose Trip