Pour un entretien ... qui marche !

Vous êtes bien assis ? Parfait ! Car vous allez comprendre que marcher pour préparer son entretien d’embauche est le moyen le plus efficace pour y parvenir sereinement et efficacement. On y va ?

Tout d’abord, posons-nous la question suivante : 
« A quoi sert un entretien de recrutement ? ».

Contrairement à ce que de nombreux candidats peuvent penser, et surtout craindre, l’entretien de recrutement permet à deux personnes d’apprendre à se connaître. L’objectif est de vous faire connaître ET de connaître votre interlocuteur : la personne et l’entreprise qu’elle représente.
Contrairement également à ce que l’on peut penser, l’entretien de recrutement n’est pas un interrogatoire que le candidat va subir, avec un rapport de force qui n’est pas en sa faveur. Cela n’était pas vrai hier. Cela l’est encore moins aujourd’hui où le marché des cadres se porte à merveille.
Donc les deux parties doivent pouvoir parler d’elle-même le plus justement possible et, pour ce faire, avoir parfaitement défini en amont leurs propres besoins. C’est à cette condition que l’échange sera le plus équilibré et que le choix, de part et d’autre, sera le plus juste. L’objectif est de valider l’adéquation entre les deux parties, de se rassurer et d’avoir tous les éléments nécessaires à la prise de décision.

Maintenant que nous sommes clairs sur l’objectif d’un entretien de recrutement, ce qui m’intéresse aujourd’hui est le point de vue du candidat. Et sa préparation.

La préparation, chemin faisant.

L’entretien est un exercice extrêmement difficile. Tout le monde sait parfaitement quel a été son propre parcours et comment se sont déroulées chacune de ses expériences. Mais l’exprimer en entretien est une tout autre affaire, qui nécessite une bonne préparation pour organiser ses pensées efficacement, atteindre son objectif et convaincre.

Chez VBH Conseil, nous proposons de préparer ces entretiens en marchant. 

Pourquoi ?
C’est la conjugaison de plusieurs constats qui sont à l’origine de cette pratique :
  • Un besoin personnel de bouger, mais cela, finalement, ne regarde que moi.
  • Un constat qui va croissant, à une vitesse folle : tout désormais nous incite à bouger, nous mouvoir, le plus vite possible et avec le moins d’effort physique à la clé (trottinettes, skate board, over board,…).
  • Une sonnette d’alarme qui commence à s’agiter : “Sitting is the new smoking”



  • Et enfin et surtout l’observation que l’entretien est très souvent mal préparé et donc mal mené et qu’il génère un stress très important chez le candidat.

 Dans notre souci d’optimisation, d’efficacité et de pragmatisme, l’ensemble de ces constats m’a amenée à penser les choses autrement.
Et si on agissait à notre niveau ? Sur chacun de ces facteurs finalement ? 

C’est comme ça qu’est née notre approche sur l’intégration de la marche à nos accompagnements et en particulier à la préparation des entretiens.
  
Je marche donc je pense.

Au-delà de tous ces bénéfices secondaires, mais néanmoins fondamentaux, voici les bénéfices que la personne obtient en préparant ses entretiens en marchant en extérieur.

L’un des éléments, à mon sens fondamental, est le fait de marcher côte à côte, à l’air libre et d’être ainsi dans un environnement inhabituel, avec un horizon.
Cet équilibre dans la relation, qui s’installe ici tout à fait naturellement, permet au candidat de se préparer en envisageant la relation d’égal à égal et non plus de supérieur à inférieur. Parler côte à côte plutôt que face à face. N’oubliez en effet jamais qu’un recrutement, ce sont deux acteurs qui se choisissent, deux professionnels qui échangent et mesurent ce que chacun peut apporter à l’autre. La relation est bilatérale. L’évaluation est partagée. Cet équilibre est essentiel à intégrer de la part du candidat, cela va influer sur sa posture, son affirmation.

Ce cheminement côte à côte développe la concentration, l’écoute attentive de l’autre, qualités à mettre en œuvre en entretien.
C’est aussi une méthode qui offre la possibilité à chacun de prendre le temps de réfléchir, formuler sa pensée, qui valorise les temps de pause. Autant de moyens pour le candidat de ne pas rester bloqué sur une présentation toute faite, figée, et qui offre à sa réflexion l’occasion de se dérouler plus naturellement.

J’en viens ensuite à la vertu essentielle de la marche. Marcher est une fonction naturelle. 
C’est même un réflexe du nouveau-né, qui, soutenu sous les aisselles, marche dès lors que ses pieds sont en contact avec une surface dure, redresse la tête et se penche vers l’avant !
Nous marchons automatiquement, sans y penser et pouvons faire autre chose en même temps : manger, penser et parler. Et comme il s’agit d’une activité physique, nous pouvons ainsi travailler sur deux axes majeurs pour l’entretien : 
  • la gestion du stress
  • et la respiration
Enfin, longtemps après Kant, Nietzsche ou Rousseau, amateurs de longues marches inspirantes, saviez-vous que Steve Jobs recrutait en marchant ?








Posts les plus consultés de ce blog

Travailler en marchant. Absurde ?

Tu en as de la chance TOI !! Coup de gueule

Quelques grammes d'optimisme sur le marché du recrutement des séniors