Travailler en marchant. Absurde ?


Travailler en marchant.
Absurde ?


Marcher… Quoi de plus naturel
Cette mise en mouvement est le premier acte de liberté et d’indépendance chez l’enfant. Et quelle joie partagée lors des premiers pas !!

Fonction naturelle et spontanée qui permet à l’Homme de vivre en toute autonomie.
Et c’est seulement quant on en est privé que l’on prend conscience de toute l’importance qu’elle revêt.


Alors finalement, pourquoi écrire sur ce que l’on fait au quotidien sans même y penser ?

                      
                         
Nous avons tendance à l’oublier, mais marcher fût indispensable au travail. Peuple nomade par essence, l’Homme marchait pour subvenir à ses besoins, pour aller chercher son travail.
Avec la révolution industrielle nous avons commencé à nous sédentariser et le XXIème siècle, avec ses moyens de transport ultra développés et ses outils de connectivité, voit l’homme se sédentariser.
Il est d’ailleurs assez ironique de constater que les outils qui nous conduisent à nous sédentariser soient qualifiés d’outils d’itinérance. A l’heure où le télétravail fait des émules, nous nous déplaçons de moins en moins pour aller travailler.

Nos pieds ne sont donc aujourd’hui que très accessoires dans nos déplacements et la marche ne semble plus essentielle à notre travail.

A tel point que notre indépendance, qui se matérialisait par cette grande victoire et cette immense joie dès lors que chacun d’entre nous a mis un pied devant l’autre en titubant, nous l’avons transformée en dépendance à une appli pour nous rappeler que nous devons marcher. 10 000 pas par jour donc…


Et si on réintroduisait la marche dans notre travail ?
Non plus comme une fonction de déplacement pour nous y rendre, nous avons d’autres moyens pour ça, mais comme un moyen de travailler autrement ? Travailler autrement et envisager cette fonction vitale comme un outil de travail.

Incongru ? Pas tant que ça.

Totalement allergique à la perte de temps, accro à l’extérieur et convaincue que l’on travaille avec efficacité et motivation dès lors que l’on a trouvé ses sources de satisfaction, je m’interroge sur les nouveaux modes de travail.

Pourquoi travailler autrement ?
Quelle pertinence ?
Pourquoi envisager de travailler en marchant ?

Travailler en marchant, c’est sortir du cadre du bureau pour travailler dans un environnement moins formel. On casse les codes, les repères habituels. Là où chacun reste à sa place, dans son rôle, dans un bureau, partir marcher ensemble invite à plus de simplicité dans la relation. Je pourrais citer l’exemple d’une personne que j’ai accompagnée dans la construction de son projet professionnel. Lors de chacun de nos rendez-vous, nous nous saluions de façon formelle en nous serrant la main mais, spontanément, nous nous sommes fait la bise lorsque nous avons démarré notre séance « en marchant ».

Cheminer côte à côte permet de créer plus facilement la relation, de mettre en place un terrain neutre, de se trouver sur un pied d’égalité, d’adulte à adulte. Sans séparation, les barrières ont tendance à tomber, le paraître à disparaître. Ce changement dans la relation et dans la posture ouvre la porte à une communication davantage empreinte de spontanéité, de franchise, de « vrai » et entraîne une liberté de parole. La richesse des échanges qui en découle est à elle seule déjà une matière utile au travail.

Se mettre en mouvement pour réfléchir, remettre l’esprit au rythme de la lenteur pour lui permettre, lui aussi, de cheminer. Le Commissaire Adamsberg des romans de Fred Vargas déambule pour comprendre, mettre en lien, ordonner ses pensées, saisir ce que son esprit a senti pour arriver à le conscientiser. Faire parler les évidences… et résoudre l’énigme.
L’alternance des moments d’échange et des moments de silence nourrit le processus de réflexion, qui s’opère tout au long de la marche. Les choses se disent et l’on peut dérouler le fil de nos pensées à notre rythme.
Le silence est un invité essentiel et joue un rôle central car la réflexion poursuit son chemin. Là où, autour d’une table ou d’un bureau, il peut être ressenti comme très gênant, il permet en fait de rebondir, de construire sa pensée, de mettre en place tous les éléments nécessaires à la compréhension.


En complément de l’intérêt que la marche revêt pour la réflexion, l’acte physique qu’entraîne la marche produit des conditions, qui rendent le travail efficient en agissant sur le corps. Marcher est une activité physique douce, que tout le monde peut pratiquer, que l’on peut faire partout. Elle produit des hormones, source de plaisir, neurotransmetteur du bonheur, qui nourrissent la réflexion et la mémoire de travail. On se sent moins fatigué et plus productif.

                                
         
Marcher permet donc d’entrer dans une double dynamique mental et corps pour plus de créativité, de réflexion. Cela devient un formidable outil d’aide à la décision, que l’on peut mettre au service du travail… ou non.  Et oui ! Dans les comédies romantiques, nombre de héros partent marcher avant de prendre leur décision de demander leur douce en mariage.
Le mouvement opéré par ce moyen de travailler permet de mettre en place une dynamique positive, d’ancrer le changement dans le corps.

Travailler en marchant est une perspective à tester, sans aller jusqu’à devenir stakhanoviste et transporter votre bureau dehors.


N’hésitez pas à envisager de réaliser certaines de vos tâches en marchant. Vous serez surpris de constater à quel point de nombreux sujets se prêtent terriblement bien à l’exercice : entretien de recrutement, point avec un collaborateur, brainstorming,…




Violaine Bô
Le 18 juin 2018

Posts les plus consultés de ce blog

Tu en as de la chance TOI !! Coup de gueule

VBH Conseil s'engage dans une aventure solidaire : le Trek Rose Trip